Quels étaient les surnoms de Napoléon ?

Napoléon Bonaparte ou Napoléon 1er, premier empereur des Français était un dirigeant adulé, critiqué, aimé et haït en son temps. Passé de simple militaire à dirigeant suprême, son histoire est plus que passionnante. Mais le plus surprenant se trouve être la multitude de surnoms qu’on lui a attribués selon le cas.

Napoléon, héros et meneur de la grande armée

L’empereur Napoléon, appelé aussi « le Petit Caporal », est un héros aux yeux de ses pairs dans l’armée. Ceci justifie tous les surnoms qu’il y a gagné comme « le grand général », « le Père de la patrie », « le Tondu » ou « Jean de l’épée ». Des surnoms fantaisistes à l’instar de « le Père la Violette » lui a aussi été attribué parce que les partisans qui se ralliaient à la cause qu’il défendait usaient des violettes comme emblème.

Napoléon, cible préférée des pamphlétaires

Les pamphlets étaient un moyen d’expression, d’attaque et d’opposition d’un personnage public dans le temps. En effet, les pamphlétaires éditaient des écrits satiriques courts, mais empreints de critiques et de violences, voire de méchanceté. Ils s’attaquent aussi bien à la personne, au régime, à la personnalité et à la politique choisie par le dirigeant. Napoléon était une cible de choix pour ceux-ci et a donc été affublé de plusieurs surnoms comme : “le sanguinaire”, “Tibère”, “Néron”, “Spartacus”, le poltron de 1814″, “l’ange noir de Corse”.

Les autres surnoms de Napoléon

L’empereur avait beaucoup d’opposants et beaucoup usaient de surnoms, qu’ils soient mérités ou pas pour lui faire du tort.

Les royalistes, ses premiers ennemis lui ont donné les surnoms de « le despote », « le boucher », « le tyran » ou « le fléau des générations ».

Même les autres nations lui donnaient des surnoms. L’Autriche lui a affublé ceux de « le tyran » et « l’assassin ». La Pologne et la France sont plus favorables à ses choix et à ses méthodes, ce qui lui a valu les surnoms de « le libérateur », « le pacificateur », ou « le bienfaiteur ».

Napoléon était aimé et décrié, selon le cas. Mais les surnoms lui allaient comme un gant. Même lui, il s’en est donné. Il a choisi « le visiteur du soir » ou « l’aigle » pour se qualifier lui-même. Sa maman Letizia Bonaparte bien évidemment, comme toute mère qui se respecte lui en a donné une : « Nabulio ».